Avis de tempête sur l’immobilier ? La Société Générale, Crédit du Nord, Crédit Agricole (régionalement) ferment le robinet du crédit immobilier aux courtiers

Avis de tempête sur l’immobilier ? La Société Générale, Crédit du Nord, Crédit Agricole (régionalement) ferment le robinet du crédit immobilier aux courtiers © stock.adobe.com

De grandes banques à réseaux, dont la Société Générale, le Crédit du Nord (même groupe SG) et quelques caisses régionales du Crédit Agricole ont décidé de rompre leur partenariat, de façon temporaire, avec leurs apporteurs d’affaires, les courtiers en crédits immobiliers.

Publié le

Pas une question de marges, une question de seuil de l’usure !

Les délais de traitement des demandes de crédits immobiliers sont en forte hausse auprès des banques. C’est normal, comme toujours, les Français ont bien du mal à anticiper. La hausse des taux d’intérêt des crédits immobiliers provoque une vague de demandes de crédit immobilier avant que les taux d’intérêt n’arrivent à des niveaux vraiment défavorables. Les taux sont encore bas, mais continuent, sans cesse, au fil des semaines, leur ascension. Près de 20 points de base de hausse par mois ! Et ce n’est pas fini !
Beaucoup trop de refus de crédit, le seuil de l’usure atteint trop souvent

La véritable raison étant que les candidats emprunteurs, dont les dossiers sont les plus tendus, passent davantage par les courtiers que les autres. Ces derniers, dont les dossiers sont très bons, obtiennent rapidement de leur banque un taux de crédit attractif. Or, les banques ont vu le nombre de refus de crédit exploser, car le seuil de l’usure vient pratiquement au contact des taux des crédits immobiliers, assurances incluses. Une situation ubuesque qui ne permet plus plus de prêter sur un horizon au-delà de 20 ans.

L’écart entre le taux d’usure 20 ans et le taux moyen de crédit immobilier sur 20 ans (hors assurance) se réduit (c) FranceTransactions.com

A lire aussi : Taux de l’usure applicables du 1er avril 2022 au 30 juin 2022 : taux maximum pour les crédits immobiliers

Pas une question de marge

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas une une question de maintien de marges pour les banques. Rassurez-vous, jamais les banques ne prêteront à moindre coût. Le coût du crédit est jugé par rapport aux risques, et le fait de passer via un courtier ne permet pas d’obtenir un taux de crédit plus favorable qu’en demandant en direct auprès de la banque. Il suffit juste de bien négocier et de montrer que l’on peut avoir ce taux ailleurs.

A lire aussi : Crédits immobiliers : la hausse des taux s’accélère, les primo-accédants désormais tenus à l’écart du marché immobilier

40% des crédits immobiliers menacés ? Cela tient de la fake news !

Si vous pouvez lire çà et là que 40% des crédits immobiliers seraient menacés, c’est juste de la désinformation en bonne et due forme. Le seuil de l’usure bloque de nombreuses demandes, mais le fait que les banques suspendent leur partenariat avec les courtiers ne change rien à la situation. Les candidats emprunteurs peuvent effectuer leur demande de crédit immobilier en direct auprès des banques. Supprimer un intermédiaire permet parfois également d’obtenir un crédit immobilier à moindre coût. Ironie de la situation actuelle, obtenir un crédit immobilier moins cher, c’était justement l’argument des courtiers en crédits immobiliers. Le monde change vite.

A lire aussi : Pouvoir d’achat immobilier : la hausse des taux de crédit combinée à celle des prix des biens ont fait chuter le pouvoir d’achat jusqu’à 9% selon les villes

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.