Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 03/09/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,85 %
10 ans 0,95 %
15 ans 1,10 %
20 ans 1,30 %
25 ans 1,60 %
30 ans 1,90 %
(*) Mise à jour effectuée le 03/09/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2019 0.550% 1.513% 1.400% 3.150%
2018 0.000% 1.837% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.944% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.942% 2.005% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.
BNP Paribas : les provisions pour risque de crédit ne plombent pas les résultats au 2 trimestre 2020
©stock.adobe.com

BNP Paribas : les provisions pour risque de crédit ne plombent pas les résultats au 2 trimestre 2020

BNP Paribas signe un excellent deuxième trimestre 2020 en affichant de solides bénéfices de 2.3 milliards d’euros. Les provisions pour risques de crédit ne viennent pas plomber les comptes, à l’instar de nombreuses banques concurrentes.

Publié le

BNP Paribas a traversé sans dommage le deuxième trimestre, marqué par le confinement, avec un bénéfice net en recul à 2,3 milliards d’euros (2,5 milliards de francs suisses) et ce malgré la flambée des provisions passées par le groupe bancaire pour faire face aux défauts de paiements de ses clients. En dépit de cela, le groupe a réussi à gonfler de 4% son produit net bancaire (PNB) (chiffre d’affaires pour une banque) à 11,7 milliards d’euros.
Explosion du coût du risque de crédit

A l’image de l’ensemble du secteur bancaire mondial, la banque française a fortement augmenté son coût du risque, soit le montant de ses provisions pour parer à des pertes potentielles. En l’espace d’un an, celui-ci a plus que doublé atteignant 1,4 milliard d’euros à fin juin. Entre avril et juin, le groupe précise avoir revu à la hausse ses provisions à hauteur de 329 millions d’euros au titre de "pertes attendues", signifiant que d’ores et déjà 1,1 milliard d’euros ont été perdus en faillites et défauts de paiement.
La banque de financement et d’investissement (BFI ou CIB en anglais) à la rescousse

Le groupe se félicite dans un communiqué d’avoir joué un "rôle moteur pour le financement de l’économie en contribuant au bon fonctionnement des marchés de crédits syndiqués, d’obligations et d’actions". Donnant un échantillon de ses opérations les plus significatives, BNP Paribas indique avoir mené seul une émission de dette de 10 milliards de dollars pour le pétrolier britannique BP ou encore avoir géré conjointement une émission de dette espagnole de 15 milliards d’euros à maturité 10 ans. Ce décollage du pôle CIB est le résultat, selon le groupe, de "choix stratégiques faits depuis plusieurs années" en faveur d’un modèle renforçant "la coopération entre les métiers" au travers notamment de plateformes numériques qui ont aussi facilité les échanges avec la clientèle.
BNP Paribas paré pour le Brexit

BNP Paribas précise être prêt, au niveau réglementaire, pour la fin de la période de transition du Brexit au 31 décembre 2020.

BNP Paribas indique transférer 400 postes sur le continent européen, dont 260 étaient déjà pourvus, en raison du Brexit, qui signifie la perte du passeport européen et l’interdiction "à des commerciaux situés au Royaume-Uni de vendre des services financiers à des clients européens".

A lire également