Bourse : l’été caniculaire n’a pas été meurtrier pour le CAC40, mais l’indice a fondu quand même, -5.01% sur août !

Comme attendu, la forte hausse des indices boursiers de juillet n’a pas tenu. Le CAC40 affiche une baisse de plus de 5% sur le moins d’août, laissant place à une vague de pessimisme et à une forte hausse des taux d’intérêt à venir.

Publié le , mis à jour le

🏆 Où acheter ou vendre de l’or métal ?

⚠️ Il est primordial de s’adresser à un professionnel renommé pour toute acquisition ou vente d’or métal. Les arnaques étant malheureusement nombreuses sur ce marché de l’or. Il est désormais possible d’acquérir de l’or métal en ligne, de façon sécurisée. De notre côté, nous recommandons de vous adresser à un professionnel ayant pignon sur rue. Ainsi la maison Godot & Fils, exerce depuis 1933. Cette entreprise est l’expert français du négoce des métaux précieux et de la numismatique, et l’une des plus anciennes enseignes françaises sur le marché de l’or et de l’argent. Une valeur sûre !

Le CAC40 voit rouge au mois d’août

La Bourse de Paris s’est enfoncée ce matin jusque vers à 6150 points (un niveau de soutien technique important pour nombre de chartistes) puis s’est redressée au-dessus des 6.200 vers 15H45... avant de rechuter de -1,37% vers 6.125Pts. Le bilan du mois d’août est très négatif (-5.01%).

(c) FranceTransactions.com

Récession en vue

Les craintes d’une contraction de l’économie mondiale fait refluer les prix du pétrole autour de 95 dollars le baril pour le Brent de la mer du Nord (-10 dollars en deux jours). TotalEnergies (-3,3%) signe la plus forte baisse du Cac 40. Aujourd’hui, les dernières données sur l’inflation ont jeté un nouveau coup de froid. En zone euro, malgré une bonne surprise de l’inflation française (+6,5% sur an, en ralentissement par rapport à +6,8% en juillet et +6,7% anticipé), l’augmentation de l’indice des prix à la consommation a atteint 9,1% sur un an en août, un nouveau record et davantage que les 9% anticipés par le consensus Bloomberg ou que les 8,9% de juillet. Hors alimentation et énergie, elle ressort à 4,3%, contre 4,1% attendu et 4% le mois précédent. Pour la première fois, les prix de l’alimentation, alcools et tabac affiche une hausse de plus de 10%.

75 points de base le 8 septembre ?

« Ces nouvelles hausses de l’inflation globale et sous-jacente en août et la probabilité qu’elles continuent d’augmenter vont renforcer la pression exercée sur la BCE pour accélérer le rythme des resserrements », analyse Jack Allen-Reynolds, chez Capital Economics. La Banque centrale européenne rend sa décision de politique monétaire ce 8 septembre. Phénomène inquiétant, «  bien que les enquêtes auprès des entreprises montrent que les problèmes de la chaîne d’approvisionnement se sont atténués, l’inflation sous-jacente des produits manufacturés s’est accélérée, passant de 4,5% à 5%  », poursuit Jack-Allen Reynolds. L’inflation dans les services est, elle, passée de 3,7% à 3,8%. « Avant la fin de l’année, nous nous attendons à ce que l’inflation globale atteigne 10% », conclut-il dans les colonnes des Echos. Pour la banque privée, la réunion de la BCE prévue la semaine prochaine devrait se solder par une hausse de 50 points de base, même si l’hypothèse d’un relèvement de 75 points semble de plus en plus tenir la corde.

Les valeurs

  • Le groupe TotalEnergies (-3,3%) annonce le démarrage, le 1er septembre, de son programme massif de réduction des prix des carburants en France, programme qui concerne près de 3.500 stations-service. Ainsi, il baissera le prix des carburants pétroliers vendus en stations de 20 centimes d’euro le litre du 1er septembre au 31 octobre, puis de 10 centimes du 1er novembre au 31 décembre par rapport aux prix formés sur les cotations des marchés internationaux.
  • Airbus annonce que Dominik Asam, son chief financial officer (CFO), a décidé de quitter l’entreprise début mars 2023 après presque quatre ans en poste, pour saisir une nouvelle opportunité en tant que directeur financier de l’éditeur de logiciels d’entreprises SAP.
  • bioMérieux indique rehausser légèrement ses objectifs de croissance des ventes, à entre -6% à -3% en organique, et de résultat opérationnel courant contributif, à entre 580 et 625 millions d’euros. Au premier semestre 2022, le spécialiste français du diagnostic in vitro a vu son résultat net part du groupe reculer de 18% à 228 millions d’euros, et son ROC contributif se tasser de 15% à 322 millions, soit une marge de 19,4%.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Bourse : l'été caniculair Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Bourse : l’été caniculaire n’a pas été... : à lire également