Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 06/06/2019
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,70 %
10 ans 0,90 %
15 ans 1,15 %
20 ans 1,35 %
25 ans 1,55 %
30 ans 1,80 %
(*) Mise à jour effectuée le 06/06/2019 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2018 0.000% 1.879% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.948% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.929% 2.000% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
2013 1.800% 3.090% 3.030% 4.750%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.

Crédits : 47.80% des ménages endettés en 2018, crédits à la consommation en forte hausse

La 31ème édition de l’Observatoire des Crédits aux Ménages fait le point sur l’endettement des ménages français. Si le marché des crédits immobiliers et des crédits à la consommation sont encore en forte hausse en 2018, le taux de ménages français endettés reste stable à 47.80%. Pointé du doigt par le HCSF, le fort endettement des ménages et des sociétés est un facteur de nouvelle crise financière, en cas de remontée des taux d’intérêts.

Publié le , mis à jour le

Entre surendettement des États et surendettement des ménages, tous les ingrédients pour une nouvelle crise financière semblent se mettre en place. Si le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) ne se veut pas alarmant, les constats sont sans appel : la France possède un taux d’endettement des agents privés non financiers (131% du PIB) aujourd’hui supérieur à la moyenne de la zone euro. Le HCSF une vigilance renforcée des risques de crédit pour les banques.

En 2018, stabilisation de la part des ménages détenant des crédits

Entre 2008 et 2016, le taux de détention des crédits par les ménages s’est fortement contracté. Il était descendu à 46,4 % en 2016, le niveau le plus bas que l’Observatoire des Crédits aux Ménages avait eu à connaître depuis la fin des années 80. Puis en 2017, le taux de détention s’est sensiblement redressé après trois années d’atonie de la demande de crédits, pour s’établir à 47,8 %. Il s’est stabilisé à ce niveau en 2018.

Taux de détention de crédits immobiliers en hausse

Le taux de détention des crédits immobiliers continue sa progression, pour s’établir à un bon niveau en 2018 à 31,4% (contre 30,8% en 2017), sous l’effet combiné d’un dynamisme de la demande et de conditions de crédits toujours très favorables de la part des banques et des autres organismes prêteurs. La part des ménages qui accède à la propriété progresse rapidement et atteint l’un des niveaux les plus élevés observés depuis le début des années 2000 (23,6%).

Taux d’intérêts bas, une bonne affaire en trompe l’œil...

Nouveau record du coût relatif des crédits immobiliers. Les Français n’ont jamais payé aussi cher leur financement immobilier, alors que les taux d’intérêts sont au plus bas. Les ménages font -ils vraiment les bons calculs ? Les taux d’intérêts restent encore bas, mais cela ne signifie pas pour autant qu’emprunter soit une bonne affaire. Loin de là. Le coût des crédits immobiliers ne cessent de grimper, car les emprunteurs acceptent de s’endetter sur des durées de plus en plus longues. Ainsi, le record du coût relatif des crédits immobiliers est à niveau historique.

Forte progression de souscriptions de crédits à la consommation

Le nombre de ménages ayant contracté un nouveau crédit à la consommation
(7,74 millions) a poursuivi sa progression : + 5,4 %, après + 5,5 % en 2017 (+ 43,2 % au total, entre 2014 et 2018). Le nombre de ménages concernés dépasse donc largement le niveau élevé constaté en 2007, juste avant que ne se déclenche la crise économique et financière internationale. En revanche, en dépit de l’amélioration des conditions de crédit faites aux nouveaux emprunteurs, le nombre de ménages ayant contracté un nouveau crédit immobilier en 2018 (1,21 million) a reculé de 4,9 %, après + 6,9 % en 2017 (+ 15,7 % au total, entre 2014 et 2018). Et au global, 8,55 millions de ménages ont contracté un nouveau crédit en 2018.

L’Observatoire des Crédits aux Ménages se base sur une enquête postale réalisée par TNS Sofres en novembre 2018 auprès de 13 000 ménages, avec un taux de réponse de 80 %.

A lire également