Dette française : la France va emprunter un montant record de 270 milliards d’euros en 2023, alors que les taux d’intérêts grimpent fortement

Mauvaise nouvelle pour le budget de la France : le besoin en financement va de nouveau grimper en 2023, pour atteindre le montant record de 270 milliards d’euros. Les taux de marchés étant en forte hausse, le coût de cette dette devrait exploser.

Publié le , mis à jour le

Annonce

🎁 Offre bourse : 1000 euros offerts chez Bourse Direct

Offre exceptionnelle Bourse Direct : 1000 euros de frais de courtage offerts pendant 3 mois, pour l’ouverture de votre compte bourse (compte-titres, PEA, PEA-PME). L’ouverture de votre compte-titres ordinaire, PEA ou PEA-PME est gratuite et s’effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d’un transfert de compte, n’oubliez pas : Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais !

L’Agence France Trésor, organisme gérant le financement de la dette du pays, a présenté ce matin son plan d’émissions obligataires pour l’année 2023, sur la base du projet de loi de finances 2023.

Combler les trous avec d’autres trous... Mais plus grands

Le projet de loi de finances pour 2023 a été présenté ce matin en Conseil des ministres. Le besoin prévisionnel de financement de l’État atteindra 305,5 milliards d’euros, du fait principalement d’un déficit budgétaire de 158,5 milliards d’euros, en baisse de 14,1 milliards d’euros par rapport au déficit révisé pour 2022, et de 151,6 milliards d’euros d’amortissement de dette à moyen et long terme venant à échéance en 2023, en hausse de 10,8 milliards d’euros par rapport à la loi de finances rectificative. (LFR).

Le saviez-vous ? Une hausse de taux d’intérêts de 1% (100 points de base) coûte 17.4 milliards d’euros d’intérêts supplémentaires en 3 ans à la France.

270 milliards d’émissions obligataires en 2023

Le besoin de financement en 2023 sera couvert par :

  • 270 milliards d’émission de titres d’État à moyen et long terme (net de rachats),
  • 18 milliards d’euros de contribution du solde du compte du Trésor,
  • 10,4 milliards d’euros de hausse de l’encours des titres d’État à court terme (BTF)
  • 6,6 milliards d’euros d’amortissement de dette covid par la Caisse de la dette publique,
  • d’autres ressources de trésorerie pour un montant de 0,5 milliard d’euros.

Le taux d’intérêts de la dette française à 10 ans (OAT 10) est passé de 0% à 2.62% en moins de 11 mois.

(c) FranceTransactions.com

Poids de la dette : 51.7 milliards

La charge budgétaire de la dette est prévue à 51,7 milliards d’euros, dont 0,9 milliard d’euros de charges d’intérêt sur la dette partiellement reprise de SNCF Réseau. Le plafond de la variation nette, appréciée en fin d’année et en valeur nominale, de la dette négociable de l’État d’une durée supérieure à un an est fixé à 118,4 milliards d’euros, en baisse de 0,8 milliard d’euros par rapport à 2022. Les détails du programme de financement moyen et long terme pour 2023 seront communiqués en décembre 2022

Hausse de 100 points de base = 9 milliards d’euros à rembourser en plus en 2025

Une hausse de taux de 1 point de pourcentage (1% soit 100 points de base) entraîne un surcoût pour les finances publiques
de 2,4 milliards d’euros en 2023, de 6 milliards en 2024 et de 9 milliards en 2025.

Endettement stable à 9.8% du PIB

Bercy précise que ce programme d’émission de dette à moyen et long terme sur l’économie va rester stable, à 9,8 % du PIB, comme en 2022. Une proportion qui reste la plus élevée des 20 dernières années, en dehors de la parenthèse du Covid.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Dette française : la France va Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Dette française : la France va emprunter un... : à lire également