Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 03/05/2019
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,85 %
10 ans 1,00 %
15 ans 1,25 %
20 ans 1,45 %
25 ans 1,70 %
30 ans 2,40 %
(*) Mise à jour effectuée le 03/05/2019 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2018 0.000% 1.879% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.948% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.929% 2.000% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
2013 1.800% 3.090% 3.030% 4.750%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.

Gel des tarifs bancaires 2019 : l’engagement pris par les banques a bien été respecté

Aucune hausse de tarifs bancaires en 2019. C’était l’engagement pris par les banques en fin d’année 2018, sous l’impulsion de la demande du gouvernement. L’Observatoire des Tarifs Bancaires (OBT), publié par le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) la semaine dernière, confirme que l’engagement des banques a bien été tenu. Aucune hausse de tarifs bancaires, et les baisses annoncées ont été maintenues.

Publié le

Gel des tarifs bancaires 2019

Le 11 décembre 2018, le président de la République avait demandé aux acteurs du secteur bancaire de s’engager de manière concrète, notamment en n’augmentant pas les tarifs bancaires pour les particuliers en 2019. Le même jour, les banques, par la voie de la Fédération bancaire française (FBF), s’étaient engagées à ne pratiquer aucune hausse de tarifs pour les services bancaires des particuliers en 2019 et à maintenir les baisses.

L’engagement des banques est tenu, aucune hausse, et les baisses de tarifs maintenus

La publication par l’Observatoire des tarifs bancaires (OTB) de février 2019, portant sur 8 banques en ligne et 101 banques à réseau, vient confirmer que l’engagement des banques de geler leurs tarifs bancaires est bien tenu.

Pas de hausse, mais des baisses de tarifs bancaires

Par ailleurs, les baisses prévues ont elles été maintenues : l’OTB confirme ainsi que la moitié des tarifs dont il assure le suivi a baissé. La Fédération bancaire française souligne l’engagement des banques en faveur du pouvoir d’achat et rappelle que les autres engagements pris seront également tenus (mise en place de plafonds pour les clients fragiles financièrement, d’offres préférentielles pour le financement de véhicules propres ou d’équipements de la maison moins énergivores, accompagnement actif, au cas par cas, des entreprises notamment les petits commerçants, artisans, touchés par les manifestations de ces dernières semaines).

Entre le 31 décembre 2018 et le 5 janvier 2019, 7 lignes tarifaires ont enregistré une baisse s’échelonnant entre – 16,59% et – 0,12% :

  1. abonnement permettant de gérer ses comptes sur internet (– 16,59%) ;
  2. produit offrant des alertes sur la situation du compte par SMS – coût unitaire (– 11,52%) ;
  3. frais de prélèvement – mise en place (– 8,51%) ;
  4. produit offrant des alertes sur la situation du compte par SMS – coût forfaitaire (– 2,18%) ;
  5. carte de paiement internationale à débit différé (– 1,09%) ;
  6. carte de paiement à autorisation systématique (– 0,18%) ;
  7. commission d’intervention – coût unitaire (– 0,12%)

Pour Marie-Anne Barbat-Layani, Directrice générale de la FBF : " Engagement pris, engagement tenu. La banque française est au coeur du quotidien des Français. C’est pour cela qu’elle s’est engagée rapidement et fortement en faveur du pouvoir d’achat et des clients fragiles financièrement. Il convient de souligner que les services financiers ne représentent aujourd’hui que 0,4% du budget des ménages en France."

A lire également