Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 03/07/2019
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,70 %
10 ans 0,85 %
15 ans 1,10 %
20 ans 1,25 %
25 ans 1,50 %
30 ans 1,80 %
(*) Mise à jour effectuée le 03/07/2019 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2018 0.000% 1.879% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.948% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.929% 2.000% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
2013 1.800% 3.090% 3.030% 4.750%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.

Privatisation de FDJ effective avant la fin 2019, si les conditions de marché le permettent

Sans surprise, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a assuré mercredi que la Française des jeux (FDJ) serait privatisée d’ici la fin de l’année, si les conditions de marché le permettent.

Publié le

Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a confirmé la privatisation de la FDJ d’ici la fin d’année sur BFMTV et RMC : "J’ai engagé les recherches de banquiers conseil pour pouvoir lancer cette opération de privatisation de la Française des jeux d’ici la fin de l’année". "Je veux le faire dans les conditions de transparence totale", a ajouté le ministre, tout en assurant que cette opération ne serait réalisée que si les conditions de marché étaient "réunies".

Interrogé sur le montant que l’Etat pourrait retirer de cette vente, Bruno Le Maire a dit ne pas vouloir "donner de chiffre". "Ca dépendra du marché", a-t-il assuré, en précisant que la fourchette de quelques milliards d’euros parfois avancée était un "maximum". L’Etat détient actuellement 72% du capital de la Française des jeux. Selon une source proche du dossier, il pourrait descendre à l’occasion de cette opération à hauteur de 25% ou 30% du capital de l’opérateur de jeux.

Quel que soit le niveau finalement retenu, "je veux le faire en associant les Français, qui pourront participer au capital de la Française des jeux et devenir actionnaires de la Française des jeux, qui est une entreprise qui est rentable", a souligné mercredi Bruno Le Maire. En outre, "je veux qu’on renforce les garanties contre l’addiction aux jeux. Et c’est ce qu’ont fait les parlementaires", a poursuivi le ministre, en rappelant qu’une nouvelle autorité indépendante allait être créée, permettant aux "outils de lutte contre l’addiction aux jeux" d’être "plus forts qu’auparavant".

Le gouvernement a ouvert la voie dans le cadre de la loi Pacte à un vaste programme de cessions d’actifs, dont le gestionnaire des aéroports de Paris Groupe ADP, la Française des jeux (FDJ) et Engie, pour alimenter un fonds de 10 milliards consacré à l’innovation. L’exécutif a néanmoins dû mettre entre parenthèses les cessions d’actifs envisagées pour le Groupe ADP, en attendant le résultats d’une procédure de référendum d’initiative partagée (RIP) engagée à l’initiative de plusieurs partis d’opposition.

A lire également