Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 03/05/2019
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,85 %
10 ans 1,00 %
15 ans 1,25 %
20 ans 1,45 %
25 ans 1,70 %
30 ans 2,40 %
(*) Mise à jour effectuée le 03/05/2019 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2018 0.000% 1.879% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.948% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.929% 2.000% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
2013 1.800% 3.090% 3.030% 4.750%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.

Assurance-vie/Fonds euros : la CLCV alerte sur le niveau jugé excessif des réserves des assureurs et les rendements réels négatifs des principaux contrats du marché

Si les épargnants avertis savent combien l’inflation est un piège pour leur épargne, l’association de défense des consommateurs, la CLCV, souhaiterait que ces informations soient bien plus relayées par les assureurs. L’association réclame plus de transparence, aussi bien sur les rendements réels des fonds euros, que sur les réserves de participation aux bénéfices constituées. Avec une inflation en rythme annuelle de 1.80% en 2018, bon nombre de fonds en euros, parmi ceux des contrats les plus largement commercialisés servent un rendement réel négatif (une fois l’inflation déduite). Par ailleurs, les provisions de bénéfices des assureurs ne cessent de gonfler, faisant ainsi se demander à l’association, quand ces premières seront restituées aux épargnants.

Publié le

Toujours plus de provisions constituées, alors que les rendements réels des fonds euros sont négatifs

Il faut croire que les assureurs voient un avenir encore plus sombre qu’aujourd’hui. En effet, les provisions pour participation aux bénéfices n’ont fait que grimper en 2018. Les assureurs étant tenus de restituer ces réserves dans un délai légal de 8 ans, les épargnants ne seront au final pas forcément lésés. Encore faut-il ne pas demander de rachat de son contrat durant la période. Par ailleurs, l’association ne revient pas sur l’épineux dossier du transfert des plus-values latentes des fonds euros classiques vers l’eurocroissance. Le véritable scandale financier se situe pourtant bien là.

L’association regrette surtout un manque de transparence concernant la restitution des provisions constituées. Nous avions publié les niveaux de provisions (PPB) des assureurs en fin d’année dernière. Sous couvert de respecter les consignes des autorités de contrôle, une partie des assureurs semblent faire du zèle... Rejoignant ainsi notre opinion concernant ce transfert de plus-values latentes des fonds euros vers les fonds eurocroissances.

Des rendements réels négatifs sur les fonds euros des contrats les plus souscrits

Ce n’est pas la première année que les fonds euros les plus moribonds du marché servent des rendements réels négatifs. Mais en 2018, ils sont effectivement plus nombreux. Et encore, l’association ne considère pas les frais sur versements de ces contrats les plus commercialisés. En les déduisant, le constat serait encore bien plus amer. Ces fonds euros équipant les contrats les plus commercialisés sont de véritables machines à perdre de l’argent. Le souci est que les épargnants ne font rien pour changer la donne. Ils devraient effectuer des rachats afin de placer leur capital sur des contrats plus modernes, sans frais sur les versements, équipés de fonds en euros bien plus performants. Mais rien n’y fait...

De son côté la CLCV fait ce contrat : "Comparé à une inflation moyenne de 1,8 % en 2018, le taux des fonds en euros ne permet pas aux épargnants de maintenir leur pouvoir d’achat. Si la perte est légère à première vue, elle s’avère en réalité bien plus importante après prise en compte des prélèvements sociaux. Quel que soit le statut fiscal de l’épargnant, il est en effet soumis à un prélèvement de 17,2 % lors de l’inscription des intérêts en compte. Pour maintenir le pouvoir d’achat de l’épargne après prélèvements sociaux, en 2018, il fallait afficher un rendement de 2,18 %. En pratique, le rendement net moyen s’établit à 1,41 % après frais de gestion et prélèvements sociaux. Contre une inflation moyenne de 1,80 %. Les résultats de l’année montrent une segmentation du marché en deux grandes familles. Sur les contrats de qualité, bien rémunérés jusqu’alors, nous constatons une baisse des rendements servis entre 10 et 20 centimes en moyenne. En revanche, sur les gros contrats, souvent promus par les bancassureurs et offrant généralement des performances de piètre qualité, l’heure est plus à la stabilité ou à une légère hausse des taux."

A lire également