Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 06/10/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,85 %
10 ans 0,95 %
15 ans 1,10 %
20 ans 1,25 %
25 ans 1,60 %
30 ans 2,00 %
(*) Mise à jour effectuée le 06/10/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2019 0.550% 1.514% 1.425% 3.150%
2018 0.000% 1.837% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.944% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.942% 2.005% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.

Bourse : les nouvelles mesures sanitaires ne rassurent pas. Le CAC40 indécis (+0,06%)

La Bourse de Paris évoluait proche l’équilibre lundi (+0,06%), restant attentive à la mise en place de nouvelles mesures handicapantes pour l’économie afin de lutter contre l’épidémie en Europe.

Publié le

La Bourse de Paris indécise (+0,06%)

A 10H05, l’indice CAC 40 avançait de 2,86 points à 4.965,93 points. Vendredi, il avait cédé 1,52%, réduisant ses gains à 1,50% sur l’ensemble de la semaine.

La cote parisienne a plusieurs fois changé de direction en début de séance : après une ouverture en hausse, elle n’a tenu que quelques minutes avant de tomber en territoire négatif. Elle est ensuite revenue dans le vert mais s’est de nouveau essoufflée.

"Le risque de nouvelles entraves à la reprise économique, en raison des nouvelles contaminations de Covid-19 en Europe, est le sujet le plus brûlant pour les Bourses à ce stade", estime Tangi Le Liboux, analyste pour le courtier Aurel BGC.

Le Royaume-Uni impose depuis samedi des restrictions de voyage aux personnes venant de France, où le rythme des nouvelles contaminations s’est nettement accéléré depuis plusieurs jours, pour dépasser les 3.000 nouveaux cas quotidien.

Le gouvernement français compte modifier "d’ici à la finaoût" les règles sanitaires pour endiguer la propagation en entreprise.

L’Allemagne a placé vendredi pratiquement toute l’Espagne parmi les zones à risque tandis que l’Italie a annoncé dimanche la fermeture des discothèques en plein air et a rendu le port du masque obligatoire le soir dans les lieux publics.

Plus de 21 millions de cas de Covid-19 ont été comptabilisés depuis décembre dans le monde, ayant fait plus de 766.000 morts.
Yo-yo

Ces craintes de ralentissement viennent alors que les dernières statistiques économiques ont été "mi-figue, mi-raisin", pour John Plassard, spécialiste en investissement chez Mirabaud.

La production industrielle au Japon a rebondi de 1,9% en juin sur un mois, reprise finalement moins vive que lors d’une première estimation fin juillet .

Vendredi, les chiffres des ventesde détail en Chine et aux Etats-Unis, indicateurs importants pour évaluer la consommation, ont plutôt été en deçà des attentes des analystes.

"L’impasse parlementaire aux États-Unis autour des nouvelles mesures de relance pour les collectivités, les entreprises et les ménages américains" continue également d’inquiéter les marchés, ajoute M. Plassard.

Tous ces facteurs, ajoutés au nombre réduit de transactions en plein coeur de l’été, font que "le yo-yo devrait se poursuivre, sans reprise baissière durable pour autant", selon M. Le Liboux, notamment carla bourse a été "mise sous cloche" par les actions des Banques centrales pour rassurer les marchés.

Au niveau des valeurs, Sanofi progressait de 0,39% à 85,79 après l’annonce de l’acquisition pour 3,68 milliards de dollars de la biotech américaine Principia Biopharma, qui développeune série d’inhibiteurs pour traiter des maladies auto-immunes.

Pernod Ricard profitait (+1,68% à 145,25 euros) de l’appréciation de sa recommandation à "surpondérer" par les analystes de Barclays.

LVMH (+0,85% à 389,35 euros) était aussi relevé à "acheter" par les analystes de Jefferies.

A l’inverse, Unibail-Rodamco-Westfield chutait de 4,31% à 41,06 euros. La foncière a réagi dimanche à des "rumeurs de marchés" sur "une éventuelle augmentation de capital", en affirmant qu’aucune décision n’a encore été prise sur des "options supplémentaires de réduction de l’endettement", en plus de cessions d’actifs.

A lire également