Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 03/09/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,85 %
10 ans 0,95 %
15 ans 1,10 %
20 ans 1,30 %
25 ans 1,60 %
30 ans 1,90 %
(*) Mise à jour effectuée le 03/09/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2019 0.550% 1.513% 1.400% 3.150%
2018 0.000% 1.837% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.944% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.942% 2.005% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.

La Bourse de Paris revient autour des 5.000 points (+0,69%)

La Bourse de Paris progressait de 0,69%à l’ouverture pour revenir proche des 5.000 points, rebondissant après la fin de semaine dernière marquée par un coup d’arrêt à Wall Street, qui restera fermée lundi.

Publié le

La Bourse de Paris revient autour des 5.000 points (+0,69%)

A 9H20 , l’indice CAC 40 gagnait 34,49 points à 4.999,56 points. Sur l’ensemble de la semaine passée, ilavait cédé 0,76%.

Si les marchés américains sont fermés en raison d’un jour férié, "les débats vont porter sur la capacité de Wall Street à poursuivre sa hausse", interrompue brutalement en fin de semaine, selon Tangi le Liboux, analyste pour le courtier Aurel BGC.

"Il n’est pas impossible que des écarts importants soient enregistrés dans les prochains jours, en particulier si le marché des dérivés", d’où sont partis les nets mouvements de recul, "nécessite d’être assaini", poursuit le spécialiste.

Avant le renversement de tendance vendredi,la Bourse de Paris avait favorablement accueilli les bons chiffres de l’emploi américain, avec une nouvelle baisse du chômage. Il s’établit désormais à 8,4% dans la première économie du monde. Pourtant, les créations d’emplois ont été moins fortes que prévu.

Les autres marchés mondiaux sont ouverts. Les investisseurs ont déjà pu prendre connaissance d’un premier indicateur : les exportations de la Chine ont fortement progressé en août (+9,5% sur un an) selon les douanes, un signe positif pour la reprise dans le premier pays touché par la pandémie de Covid-19.

A l’inverse, les importations chinoises ont été à la peine, se repliant de 2,1% sur un an, symptôme d’une demande fragile.

Rendez-vous de la BCE jeudi -

Principalévénement de la semaine, la Banque centrale européenne se réunit jeudi. L’institution de Francfort doit faire face aux conséquences persistantes de la pandémie, à l’inflation toujours atone et à la pression d’un euro fort.

"Elle n’aura certainement pas d’autre option que celle d’adopter un ton ultra-accommodant et de laisser la porte ouverte à de nouvelles mesures de soutien qui devraient être annoncées d’ici la fin de l’année" estime Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Sur le marché du jour, "les investisseurs pourraient être tentés de se rabattre sur les valeurs européennes considérées comme plus cycliques" et les plus touchées par la crise, selon John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud Securities.

Ainsi, le CAC 40 est dominé par Renault (+3,35% à 25,27 euros), Airbus (+2,21% à 71,32 euros) et BNP Paribas (+1,42% à 37,76 euros).

Sanofi gagnait 0,68% à 84,14 euros. GSK et le laboratoire français ont assuré que leur vaccin contre le Covid-19 coûterait "moins de dix euros" la dose.

Suez restait dans le vert, progressant de 0,26% à 15,17 euros, au lendemain de la déclaration de son directeur général qui a jugé "aberrante" l’offre faite par Veolia de racheter les parts d’Engie dans son groupe puis de lancer une OPA sur le reste de Suez. L’annonce de l’opération la semaine dernière avait largement profité aux trois groupes sur lesmarchés.

fs/tq/nth

A lire également