Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 06/01/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,65 %
10 ans 0,80 %
15 ans 1,00 %
20 ans 1,20 %
25 ans 1,45 %
30 ans 1,90 %
(*) Mise à jour effectuée le 06/01/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2018 0.000% 1.882% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.951% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.939% 2.000% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
2013 1.800% 3.089% 3.030% 4.750%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.
Mardi 7 janvier 2020 : Le CAC 40 se redresse à l'ouverture avec les tensions au Moyen-Orient (+0,57%)
©stock.adobe.com

Mardi 7 janvier 2020 : Le CAC 40 se redresse à l’ouverture avec les tensions au Moyen-Orient (+0,57%)

La Bourse de Paris a débuté en hausse mardi (+0,57%), inscrivant ses pas dans ceux de Wall Street et prenant un peu ses distances face aux tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

Publié le

La Bourse de Paris se redresse malgré les tensions (+0,57%), dans la foulée de Wall Street

A 09H25 , l’indice CAC 40 prenait 34,33 points à 6.047,92 points. La veille, il avait fini en recul de 0,51%. "La légère décrue des prix du pétrole et la stabilisation de l’or illustrent la capacité des investisseurs à relativiser les tensions croissantes entre les États-Unis et l’Iran", a noté Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC. "Quand le pic émotionnel de la criseest atteint, la raison prend alors le dessus. Or elle commande de rester prudent, certes, mais aussi de prendre en compte l’étroitesse des options à la disposition de Téhéran", a-t-il complété.

"Mettant de côté le bruit et la fureur des événements des derniers jours, et en l’absence de violence supplémentaire ou d’escalade, la réalité ne semble pas avoir beaucoup changé. Nous savons déjà que l’Iran et les États-Unis ne s’aiment pas beaucoup, et cela ne va pas s’arranger de sitôt", a également relevé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Les indices boursiers ont accusé le coup vendredi après l’annonce de l’assassinat d’un puissant général iranien et les prix du pétrole ont bondi. Dans la foulée, le Parlement irakien a adopté une résolution réclamant la fin de la présence de troupes américaines dans le pays, un vote qui a conduitles États-Unis à brandir la menace de sanctions contre Bagdad.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a par ailleurs menacé dimanche de frapper 52 sites ciblés en Iran si la République islamique attaquait du personnel ou des sites américains en guise de représailles à la mortdu général Soleimani tandis que Téhéran brandissait la menace d’une nouvelle réduction de ses engagements contenus dans l’accord international sur son programme nucléaire.

Du côté des indicateurs, en zone euro les chiffres d’inflation de décembre et les ventes de détail en novembre sont attendues. Aux États-Unis, la balance commerciale et les commandes industrielles pour novembre sont aussi à l’agenda, ainsi que l’activité dans les services (ISM) en décembre. Au Royaume-Uni, la journée sera par ailleurs marquée par la reprise des débats sur l’accord de Brexit au Parlement.
Sur le terrain des valeurs, la quasi-totalité de l’indice CAC 40 évoluait dans le vert, avec sur la première marche STMicroelectronics en hausse de 2,46% à 24,62 euros. Plastic Omnium profitait (+4,10% à 25,67 euros) de la confirmation des ses prévisions pour 2019, dans un marché mondial toujours morose. Trigano, à l’inverse, était pénalisé (-4,56% à 90 euros) par l’annonce du recul de son chiffre d’affaires de 3,1% au premier trimestre (de septembre à novembre) de son exercice décalé 2019/2020.

A lire également