Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 05/02/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,65 %
10 ans 0,80 %
15 ans 1,00 %
20 ans 1,15 %
25 ans 1,40 %
30 ans 1,75 %
(*) Mise à jour effectuée le 05/02/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2018 0.000% 1.865% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.947% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.939% 2.000% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
2013 1.800% 3.089% 3.030% 4.750%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.

Places boursières : en route vers de nouveaux records, toujours dopées par l’afflux de liquidités

La Bourse de Paris poursuivait son assaut vers les 6.100 points (+0,46%) mercredi matin, galvanisée par les nouveaux records du Dax et à Wall Street alors que les inquiétudes autour du coronavirus chinois s’atténuent.

Publié le

La Bourse de Paris avance vers ses plus hauts annuels (+0,46%)

A 09H44 , l’indice CAC 40 gagnait 27,97 points à 6.082,73 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,65%. "Les marchés européens vont tenter de prolonger la hausse de la veille, mais peinent à dépasser leurs précédents records, contrairement aux indices américains", a estimé dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC. "L’appétit pour le risque perdure mais des signaux contradictoires nous sont donnés sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus", a indiqué pour sa part Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque. "Alors que la Chine se veut plutôt optimiste, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a invité les Etats à ne pas négliger les risques de propagation", a-t-il ajouté.

Le bilan de l’épidémie du nouveau coronavirus a dépassé mercredi les 1.100 morts, même si le nombre journalier de nouvelles contaminations diminue. Un total de 44.653 personnes ont été contaminées par le virus, désormais officiellement appelé par l’OMS "Covid-19", en Chine continentale. Signe encourageant toutefois : le nombre de nouveaux cas quotidiens rapporté mercredi (2.015) a sensiblement diminué par rapport à mardi (2.478) et lundi (3.062), selon la Commission nationale de la santé.

Ainsi "les opérateurs restent confiants mais une certaine dose de prudence se fait tout de même sentir", selon M. Dembik. Du côté des indicateurs, les investisseurs auront peu de données à se mettre sous la dent. Ils suivront néanmoins la deuxième audition du patron de la Réserve fédérale Jerome Powell sur la politique et les prévisions monétaires, cette fois devant le Sénat américain. La veille, devant la Chambre des représentants, M. Powell s’est félicité de l’état de l’économie américaine et d’une politique monétaire adéquate. Il a également évoquéles risques que fait courir le nouveau coronavirus, estimant que l’épidémie "pourrait entraîner des perturbations en Chine avec des répercussions sur le reste de l’économie mondiale".

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde a quant à elle souligné devant le Parlement européen que la politique monétaire ne devait pas être le seul moyen de soutenir l’économie, d’autres décisions, qu’il s’agisse de mesures budgétaires ou de réformes politiques, devant aussi jouer leur rôle.

Sur le front des valeurs, les résultats d’entreprises continuaient d’animer la cote.
Kering montait de 3,71% à 583,60 euros, tiré par des ventes et une marge record en 2019 grâce à l’Asie et à son fleuron Gucci, qui frôle les 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires. M6 profitait pour sa part (+3,32% à 15,58 euros) d’un relèvement de sa recommandation à "sur-performer" contre "neutre" auparavant par JPMorgan. Bic plongeait de 7,76% à 60,00 euros, affecté par des résultats 2019 plus faibles qu’initialement prévu, en raison d’un environnement volatil qui a pénalisé ses principaux produits. Amundi reculait de 2,66% à 75,15 euros en dépit d’un bénéfice net qui a progressé de 12,2% en 2019, dépassant les prévisions des analystes, et de la plus forte collecte de son histoire. Lectra perdait 6,49% à 21,60 euros, pénalisé par un recul deses ventes sur l’année 2019, même si son bénéfice net a progressé. Akka Technologies prenait à l’inverse 1,75% à 58,20 euros. La direction du groupe va renforcer sa participation dans le capital de l’entreprise, estimant que "la récente baisse du cours de l’action ne reflète ni les fondamentaux, ni les perspectives" du groupe de conseil en technologie.

A lire également