Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 04/08/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,80 %
10 ans 0,95 %
15 ans 1,10 %
20 ans 1,30 %
25 ans 1,60 %
30 ans 1,90 %
(*) Mise à jour effectuée le 04/08/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2019 0.550% 1.513% 1.400% 3.150%
2018 0.000% 1.837% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.944% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.942% 2.005% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.

Épargne retraite en déshérence : vers une nouvelle loi ?

Une proposition de loi LREM contre la déshérence des contrats de retraite supplémentaire sera au menu de l’Assemblée nationale le 22 juin, a-t-on appris mardi de source parlementaire.

Publié le

Contrats de retraite supplémentaire en déshérence : un texte à l’Assemblée le 22 juin

Le texte porté par Daniel Labaronne propose d’étendre l’information présente dans le service en ligne Info retraite aux contrats d’assurance de retraite supplémentaire comme l’Assurance Vie. Il vise aussi à permettre aux assurés de prendre connaissance plus facilement des contrats de retraite supplémentaire dont ils sont éventuellement détenteurs.

En janvier dernier, la majorité avait rejeté comme "prématuré" un texte centriste sur le même sujet. Une autre proposition de loi LREM a, elle, été retirée de l’ordre du jour, sur la rétention. Elle entendait fixer le principe d’une limitation à 48 heures de la rétention des mineurs étrangers et de leurs familles.

Son auteur Florent Boudié, l’un des chefs de file du groupe majoritaire sur les questions d’immigration, a expliqué à l’AFP qu’il préférait reporter l’examen, peut-être à l’automne, pour mieux "caler" les choses.

A lire également