Taux d'intérêts immobiliers

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 05/02/2020
Durées de crédit Taux moyens
7 ans 0,65 %
10 ans 0,80 %
15 ans 1,00 %
20 ans 1,15 %
25 ans 1,40 %
30 ans 1,75 %
(*) Mise à jour effectuée le 05/02/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Assurance-vie / Fonds euros

Années Rendements Fonds Euros (1)
+ Bas Moy. Med. + Haut
2018 0.000% 1.865% 1.850% 3.200%
2017 1.000% 1.947% 1.900% 4.050%
2016 0.040% 1.939% 2.000% 3.600%
2015 1.000% 2.472% 2.450% 4.000%
2014 0.840% 2.739% 2.730% 4.050%
2013 1.800% 3.089% 3.030% 4.750%
Source des rendements des fonds euros : Guide épargne - FranceTransactions.com. Les données concernant l'année de publication en cours peuvent être temporaires, en fonction de la publication des rendements par les assureurs. Ne représente pas l'éxhaustivité des offres du marché. Les calculs sont effectués sur les seuls contrats d'assurance-vie référencés sur FranceTransactions.com. (1) Tous les rendements des fonds euros s'entendent nets de frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux.

Grèves : plongeon de l’activité des commerçants et restaurateurs parisiens

Au douzième jour de grève dans les transports, commerçants et hôteliers-restaurateurs parisiens enregistrent des chutes d’activité allant de 25% à 60% par rapport à l’an dernier, ont indiqué lundi leurs fédérations à l’AFP.

Publié le

Grèves : plongeon de l’activité des commerçants et restaurateurs parisiens

"C’est toujours catastrophique à Paris : non seulement plus aucun évènement, conférence, séminaire... ne va se tenir d’ici la fin de l’année, mais il y a un nouveau phénomène : nous n’avons plus du tout de réservations", affirme Franck Delvau, coprésident pour Paris et l’Ile-de-France de l’Union des métiers et industries de l’hôtellerie , la principale organisation du secteur de l’hôtellerie-restauration.

"En restauration, il y a des chutes de chiffre d’affaires de 50% à 60%. Une fois rentrés chez eux après une journée de galère, les gens n’ont pas envie de ressortir le soir", estime-t-il.

Pour Emmanuel Le Roch, délégué général de Procos, la fédération du commerce spécialisé, "on ne peut pas être optimiste pour la semaine à venir", la dernière avant Noël.

Selon lui, "l’activité est très très molle", surtout à Paris, "même s’il y a eu un petit sursaut samedi, malheureusement pas assez significatif pour inverser la tendance".

La semaine dernière, selon les remontées des 260 enseignes adhérentes à Procos, les chiffres d’affaires ont accusé des baisses de -25% à -30%, "sur une base de comparaison déjà faible en raison des +gilets jaunes+ l’an dernier", qui peutaller jusqu’à -40%, voire -45% si l’on compare à 2017, précise encore M. Le Roch.

"L’an dernier, on avait eu une excellente dernière semaine de Noël, mais aurons-nous la même chose cette année, les gens vont-ils faire l’effort de se déplacer ?", s’interroge-t-il. Il s’inquiète notamment pour les commerces de bouche, pour qui les jours prochains pèsent jusqu’à 60% du chiffre d’affaires du mois.

A lire également