Retraite : l’âge pivot n’est pas un totem (Blanquer)

Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a estimé dimanche que l’âge pivot à 64 ans pour la retraite n’était pas un totem de la réforme soulignant que tout se discutait.

Publié le

🎁 Meilleure offre épargne sans risque du moment

Annonce

EURO+, 100% fonds euros, sans risque, visez 5% en 2024

Le fonds en euros EURO+ proposé par Swiss Life a publié une performance annualisée remarquable de + 4.10 % en 2023, sans avoir recours au moindre bonus de rendement. Ce fonds euros est accessible via le contrat d’assurance-vie monosupport Placement-direct EURO+. Sans frais sur les versements, sans contrainte de versement sur les unités de compte, 0.60% de frais de gestion, ce contrat EURO+ peut être considéré comme étant un des meilleurs plans épargne sans risque sur 2024. Son objectif de rendement pour 2024 devrait s’approcher des 5 % (non garanti, net des frais de gestion, brut des prélèvements sociaux et fiscaux). Le portefeuille obligataire du fonds EURO+ affichait un rendement actuariel de 5.56% à fin 2023.

Retraite : "l’âge pivot n’est pas un totem" (Blanquer)

En dévoilant son projet de réforme des retraites mercredi, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que le gouvernement souhaitait reculer l’âge dedépart à la retraite, avec un âge pivot fixé à 64 ans à partir de 2027, afin d’équilibrer financièrement le système. Une "ligne rouge" pour les syndicats, y compris la CFDT, qui rejettent en bloc cette idée.

"L’âge pivot n’est pas le totem de la réforme. Le fondamental de la réforme c’est la retraite à points et le fait d’arriver à plus d’égalité plus de justice entre tous les Français", a expliqué sur RTL le ministre de l’Education.

"La question de l’âge pivot est un des moyens, un chemin que propose le gouvernement" mais "tout se discute" et "la porte est ouverte", a-t-il ajouté.

Le gouvernement tente depuis jeudi de faire revenir à la table des négociations la CFDT, très hostile à "l’âge d’équilibre" , dont l’instauration progressive a été annoncée par le Premier ministre Edouard Philippe, pour atteindre 64 ansen 2027, avec un système de bonus/malus.

Plusieurs membres du gouvernement ont depuis souligné que les négociations restaient ouvertes, comme la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, Agnès Pannier-Runacher, qui a jugé samedi que l’âge pivot était "négociable".

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Retraite : l'âge pivot Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Retraite : l’âge pivot n’est pas un totem... : à lire également