Épargne retraite : 42% des jeunes actifs souhaitent souscrire un Plan Epargne Retraite (PER) individuel

Épargne retraite : 42% des jeunes actifs souhaitent souscrire un Plan Epargne Retraite (PER) individuel © stock.adobe.com

Épargner pour sa retraite dès le début de sa carrière professionnelle, les jeunes ont bien compris le message et sont bien décidés de passer à l’action : 42% des milléniaux souhaitent souscrire un PERin, selon le dernier baromètre de l’épargne publié par AltaProfits/IPSOS.

Publié le

La 3ème édition du « Baromètre 2021 de l’Épargne en France et en régions  » d’Altaprofits, Société de Conseil en Gestion de Patrimoine sur Internet, réalisé par IFOP [11], analyse le comportement d’épargne des Français pour assurer leur avenir et préparer leur retraite, avec un éclairage en fonction des générations.

Reforme des retraites, le PERin, une solution toute trouvée !

Le financement des retraites est devenu un sujet d’actualité récurrent, et les Français y sont attentifs. Si l’instauration du régime universel ne semble plus d’actualité, la piste d’une réforme a minima est relancée ces derniers jours. Va-t-on passer par un recul de deux ans de l’âge de départ à la retraite (64 ans au lieu de 62 ans) ?. Quelles que soient les options retenues, le baromètre Altaprofits / IFOP montre que les Français sont désormais convaincus de la nécessité de se constituer par leurs propres moyens un complément de revenus pour leur retraite. Le Plan épargne retraite (PER) affiche une belle popularité deux ans après sa création.

Près d’1 Millennial sur 2 envisage de souscrire un PER

Plus d’un quart des Français (28 %) déclarent qu’ils ont l’intention de souscrire un Plan Épargne Retraite (PER). Alors qu’elles viennent d’entrer dans la vie active, les jeunes générations sont déjà soucieuses de préparer leur retraite. Ainsi, 38 % des - de 26 ans (la génération Z) et 42 % de Millennials (les 26-41 ans) déclarent vouloir souscrire un PER. Tandis que parmi la génération X (les 41-61 ans), ils sont 35 % à vouloir le faire.

Quelles sont les 4 principales motivations de ces jeunes actifs ?

  1. Avant tout, disposer d’un complément de revenu grâce au PER. 92 % déclarent que cette dimension joue un rôle important (84 % pour les - de 26 ans à peine entrés dans la vie active) et 40 % très important (29 % pour les - de 26 ans).
  2. Puis, bénéficier d’une déduction d’impôts sur le revenu imposable. C’est un élément décisif pour 85 % de la génération Z (les - de 26 ans) et 81 % des Millennials alors que la génération X n’est intéressée par cette possibilité qu’à hauteur de 78 %.
  3. Enfin, avoir le choix entre une sortie en rente viagère (revenu versé jusqu’à la fin de sa vie) ou en capital (récupérer son investissement en une seule ou plusieurs fois) est apprécié par 79 % des Millennials et 72 % pour la génération Z.
  4. Les générations les plus jeunes sont aussi très motivées par les autres dimensions du PER : 74 % de la génération Z parce qu’ils pourront financer un achat immobilier (54 % toutes générations confondues, soit – 20 points), et 72 % des Millennials parce que le PER leur permettra de partir plus tôt à la retraite (64 % toutes générations confondues, soit – 8 points).

Une prise de conscience inégale selon les régions

En plus d’une différence générationnelle, le baromètre met en lumière certaines particularités régionales. On remarque que les habitants des Pays de la Loire sont nettement plus nombreux (34 %) que la moyenne à avoir l’intention de souscrire un PER, suivi des résidents en Île-de-France (31 %), de ceux en Auvergne-Rhône-Alpes, en Bourgogne-Franche-Comté et en Centre-Val de Loire (30 % pour tous). A l’opposé, en-deçà de la moyenne nationale (28 %) de façon marquée et dégressivement, on trouve les habitants de Nouvelle-Aquitaine (24 %), du Grand-Est (22 %), de Normandie (21 %).


« Le projet de la réforme des retraites a été interrompu l’année dernière par la crise sanitaire, mais elle reste indispensable au moins pour garantir l’équilibre financier du système ! Entre financement de la retraite par répartition et son financement par capitalisation encouragée pour le Gouvernement, on voit bien dans ce sondage la prise de conscience générale de la nécessité de préparer sa retraite. Ce qui est encore plus marqué chez les jeunes pour qui cette nécessité est une évidence ; ils ont raison car le secret d’une bonne préparation est l’épargne longue », observe Stellane Cohen, Présidente d’Altaprofits.
Méthodologie : Le « Baromètre 2021 de l’Épargne en France et en régions » a été réalisé par IFOP du 19 au 26 avril 2021, auprès d’un échantillon de 2 400 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, et constitué selon la méthode des quotas. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne

altaprofits