FranceTransactions.com (avec AFP)

Publications de cet auteur (384)

Nouveau !
La Bourse de Paris a accusé lundi sa pire chute sur une séance depuis près de douze ans (-8,39%), sur fond d’effondrement des cours du pétrole après l’échec de négociations entre l’Opep et la Russie, en pleine crise du coronavirus.
Nouveau !
La Bourse de Paris s’écroulait lundi matin (-7,20%), dans le sillage des autres places financières mondiales inquiètes du décrochage des cours du pétrole et des effets économiques de l’épidémie de coronavirus.
Vente de panique sur les places boursières, CAC40 -7%, DAX -7.37%, Nikkei -5.07%
Nouveau !
Cotations impossibles sur les places financières européennes ce matin, sur les contrats à terme, réservation à la baisse. Jusqu’à -7% pour le CAC40, -7.37% pour le DAX sur les marchés actions, chute des cours du pétrole sur fond de querelles commerciales.
La Bourse de Paris a plongé de 4,14% vendredi, dans un marché paniqué tant par la chute brutale des cours du pétrole que par la propagation de l’épidémie de coronavirus sur le sol américain, faisant craindre un impact économique non négligeable sur les Etats-Unis, jusqu’alors épargnés.
La Bourse de Paris passait sous le seuil des 5.200 points vendredi matin, alors que les investisseurs continuent de suivre de près l’évolution du coronavirus dans le monde, sans pouvoir évaluer son impact économique dans la durée.
La Bourse de Paris a fini jeudi en repli de 1,90% une séance chaotique dominée par une profonde nervosité et une très forte volatilité face à l’évolution de la situation liée au coronavirus.
Les ventes de logements neufs ont baissé l’an dernier chez les promoteurs, qui construisent les immeubles, a annoncé jeudi la fédération du secteur, jugeant la demande toujours solide mais regrettant des difficultés à lancer des projets.
La Bourse de Paris hésitait sur la marche à suivre (-0,01%) jeudi matin, temporisant après les baisses de taux annoncées par plusieurs banques centrales, en particulier la Fed, pour limiter les dommages économiques du coronavirus, dont l’efficacité interrogeait.
Le comité de suivi de la loi Dalo (droit au logement opposable) a exprimé mercredi sa vive inquiétude face au constat alarmant de l’augmentation du nombre de ménages à reloger en France en 2019, demandant un plan d’urgence au gouvernement.
La Bourse de Paris a terminé de nouveau nettement dans le vert (+1,33%) mercredi, au lendemain de l’abaissement inattendu par la Fed de ses taux directeurs qui, passé l’effet de surprise, semblait accueilli plutôt favorablement par le marché.
L’Autorité de la concurrence a manifesté mercredi son scepticisme sur le plafonnement par le gouvernement de certains frais demandés par les syndics de copropriétés, jugeant peu efficace le montant maximum retenu.
La Bourse de Paris restait positive mercredi (+0,22%) au lendemain de la décision surprenante de la Réserve fédérale américaine (Fed) de baisser ses taux directeurs deux semaines avant sa réunion officielle.
La Bourse de Paris a clôturé en nette hausse (+1,12%) mardi, au terme d’une séance chaotique, en raison de l’annonce surprise de la Fed qui a décidé de baisser de 50 points de base ses taux directeurs afin d’atténuer l’impact économique du coronavirus.
La Bourse de Paris montait mardi (+1,96%), dans l’espoir de voir les banques centrales et les gouvernements du G7 venir à la rescousse des marchés en annonçant des mesures de soutien pour stimuler l’économie mondiale ébranlée par l’épidémie de coronavirus.
Coronavirus : les USA touchés à leur tour, les craintes d'une récession mondiale refont surface
L’épidémie de coronavirus a dépassé lundi les 3.000 morts et connait une accélération hors de Chine, notamment aux Etats-Unis, qui étaient jusqu’ici très préservés. La crainte d’une récession mondiale anticipée en 2019, et repoussée par les actions des Banques centrale refait surface.
L'impact du coronavirus sur l'économie sera bien plus important qu'anticipé en France
La croissance française pourrait passer sous la barre des 1% cette année à cause des répercussions de l’épidémie de coronavirus, dont le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a reconnu lundi attendre un impact "beaucoup plus significatif" que ce qui était envisagé jusqu’ici.
La Bourse de Paris a finalement rebondi lundi (+0,44%), au terme d’une séance hésitante, les investisseurs semblant partagés entre les craintes liées à l’impact économique de l’épidémie de Covid-19 et l’espoir de mesures de soutien des banques centrales.
La Bourse de Paris a fini en très forte baisse vendredi (-3,38%), enregistrant son plus fort repli hebdomadaire depuis la crise de 2008, dans un climat de grande nervosité face à l’épidémie de Covid-19 qui se propage.
La Bourse de Paris continuait d’accuser le coup (-3,14%) vendredi à l’ouverture, se rapprochant du plancher des 5.300 points, un niveau plus vu depuis fin août 2019, dans un marché affolé par les conséquences économiques de l’épidémie de coronavirus, paraissant difficiles à maîtriser.
La Bourse de Paris a fini sous la barre des 5.500 points jeudi (-3,32%), pessimiste quant à l’évolution de la crise sanitaire qu’elle suit de très près, tentant d’y voir plus clair sur ses réelles répercussions sur l’économie mondiale.

Articles suivants : -20 |...

A lire également